Chargement...

Bleue

Audiovisuel et transmédia

 



Capucine met en avant le travail du peintre Yves Klein dans ce court métrage d’animation intitulé « Bleue » et développé dans le cadre du projet professionnel de DMA Cinéma d’animation à lESAAT. Le travail de ce peintre surprend par le côté provocateur et mystique et intrigue Capucine, à tel point qu’elle choisit de lui rendre hommage dans ce film. Plus précisément, elle rend hommage à sa démarche artistique et notamment au concept de « femmes pinceaux », ces modèles nus utilisés en guise de pinceaux vivants qui créaient des marques et des empreintes sous la supervision de Yves Klein, procédé appelé également Anthropométries de l’époque bleue.

Une performance de ce type a lieu le 9 mars 1960, c’est ce jour que Capucine a eu envie d’explorer dans son film, en mélangeant animation et archives sonores et filmées.
Pour élaborer son film, Capucine s’est inspirée d’Elena Palumbo – Mosca, qui a été l’une des collaboratrices du peintre. Elle l’a d’ailleurs rencontrée et a ainsi pu découvrir son univers.

"Bleue" est condensé et réduit en une course qui joue sur l’ambiguïté d’un rendez- vous amoureux et artistique, Capucine perçoit en effet la même dynamique entre le risque du premier rendez- vous amoureux et celui du geste esthétique.
La réalisatrice en herbe a travaillé sur la tension qu’induisent l’inquiétude, l’excitation, et la prise de risque, que l’on peut associer tant à une relation amoureuse qu’à une performance artistique, comme celle du 9 Mars 1960, où nue, Elena Palumbo – Mosca, devient un pinceau vivant pour la première fois en public.

Capucine a besoin d’aide en post – production, notamment des conseils techniques pour le montage, et en diffusion.



Projet proposé par : GOUGELET Capucine

Formation : ESAAT / DMA Cinéma d'animation